Vous êtes ici : Accueil / Découvrir Avelin / Histoire d'Avelin

Découvrir Avelin

Histoire d'Avelin

Histoire de notre commune en quelques lignes 

Même si on retrouve des vestiges d’occupation à l’ère merovingienne, c’est aux environs de1066 que débute notre histoire aux archives capitulaires de Tournai et dans  le domesday book, le livre des possessions du roi d’Angleterre Guillaume le Conquérant. Il tenait le village d’Avelin dont le seigneur local, Girard d’Avelin, appartenait à la cour de son épouse, la reine Mathilde de Flandres.

On trouvera la trace d’un Gérard d’Avelin enquêteur en 1207 auprèsde Bernard de Roubaix, Philippe d’Anstaing et Walter de Don. En 1214 unGérard  d’Avelin soutient Ferrand dePortugal, comte de Flandre, à la bataille de Bouvines avec le seigneur du Has, Ursin deFretin, et Guillaume d’Ennetieres. En 1224, un Guillaume d’Avelinest Chanoine de Saint Pierre de Lille. En 1235 on  note encore un Gérard « inter-milites »puis sont encore cités un Jean d’Avelin en 1295 et une Beatrice d’Avelin qui épouseHue Coirbaus. La familled’Avelin tient le fief pendant environ trois siècles et sera remplacée par les Barbançon.

Un Godefroy de Barbançon apparait en 1345 comme seigneur d’Avelin. C’est Lyon de Barbançon  qui mourra vers 1500. Il sera le plus illustre de sa lignée, participant à la bataille de Lallaing dans les rangs du duc de Bourgogne, on le retrouvera auprès de l’empereur Maximilien d’Autriche à la signature du traité de Wavrin. Sa fille Isabelle épousera en 1480 Jean de Courteville, Chambellan de Charles Quint. Son fils, trop endetté, vendra  ses terres aux Saint-Aldegonde.

Jean de Saint Aldegonde, seigneur de Noircarmes, de Genechet d’Avelin, est Conseiller d’état, Chambellan de Charles Quint, Commissaire de Flandres et Grand Bailli de St Omer et Cassel. Son petit-fils Maximilien porte le titre de Comte de Saint Aldegonde, seigneur de Noircarmes, Avelin etc. Il est Chambellan de l’Infante Isabelle, gouverneur du Limbourg puis de l’Artois et Chevalier de la Toison d’Or. Mais en 1659 Louis XIII confisquera tous les biens d’Artois par le traité des Pyrénnées. Couvert de dettes, il vendra la seigneurie d’Avelin à Michel d’Hangouart en 1661.

C’est le vrai tournant de l’histoire du village. Michel d’Hangouart qui avait obtenu du roi  Philippe II d’Espagne son titre de baron et l’élévation des terres d’Avelin en baronnie réussira à faire valider ses titres par le roi Louis XIV. Petit à petit les Hangouart étendront leur propriété à tous les fiefs alentour (nous en avons dénombré 57 pour 11 seigneuries) jusqu’à lui donner pratiquement les dimensions actuelles de la commune soit 1374 hectares. Devenus comtes, puis marquis, ils firent construire un nouveau château par l’architecte Lequeux. Celui-ci sera détruit à la Révolution.C’est Charles Malet, marquis de Coupigny et mari de Caroline Petitpas de Wallequi avait hérité des terres, qui fera construire le château actuel en 1835.

Puis le baron Alexandre Antonin des Rotours achètera la bâtisse, les bois et de nombreuses terres attenantes et sera élu maire dès 1843. Son fils, Robert Eugene lui succédera aux fonctions de maire, conseiller général et député du Nord ainsi que son propre fils Raoul Gabriel. Arrière-petit-fils de Alexandre, Guillaume, devenu adulte emboitera le pas de ses ainés et poussera le jeu jusqu’à devenir sénateur.

Apres cette mise en bouche de l’histoire simplifiée de notre commune notre société historique vous propose d’en savoir beaucoup plus au travers de textes relatant des faits réels qui ont émaillé notre  passé. Ainsi vous pourrez connaitre le récit de :

 « L’assassinat du curé de l’église Saint Quentin par Lyon de Barbançon » dont le bas-relief est conservé dans l’église.

 « La vie et la mort de Ladron de Guevara, Seigneur d’Antroeuille » qui fit construire la chapelle Saint Nicolas où il fut enterré.

« La présence des chevaliers de la Toison d’Or et le fief des Préaux» aujourd’hui Espace Favier.

« La confrérie des arbalétriers d‘Avelin » qui défendirent les Espagnols puis les français.

« Comment Michel d’Hangouart obtint ses titres de noblesse? » et son bas-relief dans l’église.

« Une chapelle Saint Vincent à Ennetieres » sur le don de terre d’un villageois.

«La canonnade d’Ennetieres » par le duc de Bourgogne contre l’anglais Marlborough et le Prince Eugene d’Autriche

« La conduite héroïque de Madeleine Caulier, servante du Tournebride à Avelin » :pour faire évader le maréchal Boufflers prisonnier dans Lille. Elle entrera ensuite comme dragon au régiment du maréchal de Villars et trouvera la mort à la bataille de Denain en 1712.

« La bande noire et les clubs révolutionnaires à Avelin sous la Révolution»

 « Une dynastie de députés-maire » La famille des Rotours.

«L’inventaire de 1906 après la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat » et la bravoure de l’abbé Desmarchelier. 

« Le Lazaret allemand et la récupération des métaux de l’église »

« La chasse aérienne allemande au château et la Flugplatz Vendeville »

Et bien sûr, l’histoire des fiefs, des seigneuries, de nos huit hameaux,  de la motte et des cinq châteaux d’Avelin, de la construction de l’église Saint Quentin, des 7 écoles, des estaminets, des monuments et biens d’autres sujets que nous aborderons avec vous à la Société Historique.  

 

                                                           Pour la Société Historique d'Avelin,   JACQUES LOSFELD